Une mère qui fume des cigarettes devrait-elle allaiter ? Qu’arrive-t-il aux bébés exposés à la fumée de cigarette? Comment le tabagisme affecte-t-il l’allaitement maternel ? Comment réduire au minimum les risques pour votre bébé si vraiment vous ne pouvez pas arrêter de fume ?

Autant de questions qu’il est normal de se poser en tant que mère et en tant que fumeuse. Tout d’abord, une mère qui ne peut pas arrêter de fumer devrait tout de même allaiter. L’allaitement maternel procure de nombreuses bienfaits immunitaires qui aident votre bébé à lutter contre la maladie et qui peuvent même l’aider à contrer certains des effets de la fumée de cigarette !

Par exemple, il a été démontré que l’allaitement maternel diminue les effets négatifs de la fumée de cigarette sur les poumons du bébé. Il est certainement préférable que les mères qui allaitent ne fument pas, mais si vous ne pouvez vraiment pas arrêter ou ne serait-ce que de réduire votre consommation, il est préférable de fumer et d’allaiter plutôt que de fumer et ne pas allaiter, c’est le premier point à savoir.

Plus vous fumez de cigarettes, plus les risques pour votre santé et celle de votre bébé sont élevés, vous le savez. Si vous ne pouvez pas arrêter de fumer ou si vous ne voulez pas arrêter de fumer, il est tout de même préférable de réduire le nombre de cigarettes que vous fumez.

Qu’arrive-t-il aux bébés lorsqu’ils sont exposés à la fumée de cigarette ?

  • Les bébés et les enfants qui sont exposés à la fumée de cigarette ont beaucoup plus de chances d’être sujets à des pneumonies, de l’asthme, des otites, des bronchites, des infections sinusales et même des irritations des yeux !
  • La colique est aussi plus fréquente chez les bébés dont la mère ou le père fume (d’autant plus si la mère allaite). Les chercheurs pensent que non seulement la nicotine transférée dans le lait maternel perturbe le bébé, mais que la fumée passive à la maison agit comme un irritant. Les bébés de parents fumeurs s’agitent davantage, et les mères qui fument peuvent être moins capables de faire face à un bébé qui a des coliques (en raison de niveaux plus faibles de prolactine).
  • Le tabagisme intense chez les mères qui allaitent cause parfois des symptômes chez le bébé qui allaite, comme des nausées, des vomissements, des crampes abdominales et de la diarrhée.
  • Les bébés de mères et de pères fumeurs courent sept fois plus de risques de mourir du syndrome de la mort subite du nourrisson (SMSN). Les enfants de parents fumeurs ont deux à trois fois plus de visites chez le médecin, généralement à cause d’infections respiratoires ou de maladies allergiques.
  • Les enfants qui sont exposés à la fumée passive à la maison ont des taux sanguins plus faibles de HDL, le bon cholestérol qui aide à protéger contre la maladie coronarienne.
  • Les enfants de parents fumeurs sont plus susceptibles de devenir eux-mêmes fumeurs.
  • Une étude récente a révélé que le fait de grandir dans une maison où deux parents fumaient pourrait doubler le risque de cancer du poumon plus tard dans la vie.

Comment le tabagisme affecte-t-il l’allaitement maternel ?

Il  a été démontré que le tabagisme mène à :

  • un sevrage précoce, une étude a en effet montré que les gros fumeurs ont tendance à sevrer le bébé plus tôt.
  • une production laitière réduite
  • une interférence avec la descente du lait
  • des niveaux inférieurs de prolactine, la prolactine hormonale doit être présente pour que la synthèse du lait se produise. Une étude (Laurberg, 2004) a indiqué que les mères fumeuses qui vivent dans des régions où la carence en iode est légère à modérée ont moins d’iode dans leur lait maternel (nécessaire à la fonction thyroïdienne du bébé) que les mères non-fumeuses. Les auteurs de l’étude ont suggéré que les mères qui allaitent et qui fument devraient envisager de se supplémenter en iode.
  • Bien que le tabagisme ait été associé à la production de lait et aux problèmes de descente, cela peut être lié à une mauvaise gestion de la lactation plutôt qu’ à des causes physiologiques. Dans une étude publiée en 2001, la Dre Lisa Amir a conclu que « même s’il existe des preuves solides que les femmes qui fument allaitent leur nourrisson pendant une durée plus courte par rapport aux non-fumeuses, les preuves d’un mécanisme physiologique ne sont pas encore présentes ».

Comment réduire au minimum les risques pour votre bébé si vous fumez ?

La méthode simple pour en finir avec la cigarette
  • Allen CARR
  • Éditeur: Pocket
  • Édition no. 2 (01/06/2011)
  • Bon, dans le cas idéal vous l’aurez compris, il faut arrêter de fumer complètement
  • Si ce n’est pas possible, la 2nde chose à faire est bien entendu de réduire. Moins vous fumez, plus vous réduisez le risque de complications pour votre enfant. Il y a de réels risques si vous fumez plus de 20 cigarettes par jour, cependant, ne vous fixez pas 19 comme limite hein !?
  • Ne fumez pas juste avant (ou pire, pendant…ai-je besoin de le dire ?) l’allaitement car cela inhibe la décente de lait et c’est dangereux pour votre bébé.
  • Fumez immédiatement après l’allaitement pour réduire la quantité de nicotine dans votre lait durant le prochain allaitement. Attendez le plus longtemps possible entre l’allaitement et la cigarette. Il faut 95 minutes pour que la moitié de la nicotine soit éliminée de votre corps !
  • Évitez bien sûr de fumer dans la même pièce que votre bébé. Mieux encore, fumez à l’extérieur, loin de votre bébé et des autres enfants. Ne laissez personne d’autre fumer près de votre bébé.