Pour comprendre comment augmenter sa lactation, nous allons tout d’abord examiner le fonctionnement de la production de lait chez la femme. Dans la plupart des cas, c’est un phénomène naturel qui se résume à une chose, soit vous vous en servez, soit vous perdez cette capacité à le faire. En d’autres termes : plus vous allaiterez votre bébé souvent, plus vous ferez de lait.

Cet article nous est offert par le site https://boutsdechou.fr n’hésitez pas à vous y rendre pour retrouver d’autres conseils pour vos petits.

Les débuts

La production de lait ne fonctionne pas, au début, sur un modèle « d’offre et de demande ». Pendant la grossesse et les premiers jours du post-partum, la production de lait est hormonalement contrôlée. Tant que les hormones appropriées sont en place, la mère commencera à fabriquer du colostrum vers la moitié de la grossesse et son lait augmentera en volume environ 30 à 40 heures après la naissance.

Pendant la dernière partie de la grossesse, les seins fabriquent du colostrum, mais des niveaux élevés de progestérone inhibent la sécrétion de lait et maintiennent un volume de production bas. À la naissance, la délivrance du placenta entraîne une chute soudaine des taux de progestérone, d’œstrogène et de HPL. Ce retrait abrupt de la progestérone en présence de niveaux élevés de prolactine indique la Lactogenèse de stade II (production abondante de lait). D’autres hormones (insuline, thyroxine, cortisol) sont également impliquées, mais leur rôle n’est pas encore bien compris. Bien que les marqueurs biochimiques indiquent que la lactogenèse de stade II commence environ 30 à 40 heures après la naissance, les mères ne commencent généralement pas à ressentir une augmentation de la plénitude des seins (la sensation d’arrivée du lait) avant 50 à 73 heures (2 à 3 jours) après la naissance.

Ces deux premiers stades de lactation sont hormonaux, ils se produisent que la mère allaite ou non son bébé.

cycle de la lactation

Vers la lactogénèse de stade III

Après la Lactogenèse II, il y a un passage au système de contrôle autocrine. Cette étape de maintien de la production laitière est aussi appelée Lactogenèse de stade III. Dans cette étape, la synthèse du lait est contrôlée au sein, l’extraction du lait est le principal mécanisme de contrôle de l’approvisionnement. L’élimination du lait est motivée par l’appétit de bébé. Bien que les problèmes hormonaux puissent encore interférer avec l’approvisionnement en lait, ils jouent désormais un rôle beaucoup moins important dans la lactation. Dans des circonstances normales, les seins continueront à produire du lait indéfiniment tant que le lait sera « évacué ».

En comprenant comment fonctionne le contrôle autocrinien de la synthèse du lait, nous pouvons comprendre comment augmenter l’approvisionnement en lait.

Que nous apprend la recherche actuelle sur la production laitière ?

Les recherches actuelles suggèrent qu’il y a deux facteurs qui contrôlent la synthèse du lait :

  • Le lait contient une petite protéine de lactosérum appelée FIL (Pour Feedback Inhibitor of Lactation), son rôle semble être de ralentir la synthèse du lait lorsque le sein est plein. Ainsi, la production de lait ralentit lorsque le lait s’accumule dans le sein (et se rempli de FIL), et s’accélère lorsque le sein se vide (moins de FIL).
  • L’hormone prolactine doit être présente pour que la synthèse du lait se produise. Sur les parois des lactocytes (cellules productrices de lait des alvéoles) se trouvent des sites récepteurs de prolactine qui permettent à la prolactine de se déplacer dans les lactocytes et de stimuler la synthèse des composants du lait maternel. Lorsque l’alvéole est pleine de lait, les parois se dilatent et modifient la forme des récepteurs de prolactine pour que la prolactine ne soit pas en mesure d’entrer par ces sites récepteurs (faisant ainsi diminuer le taux de synthèse du lait). Au fur et à mesure que le lait se vide de l’alvéole, un nombre croissant de récepteurs de prolactine retrouvent leur forme normale et permettent à la prolactine de passer à travers, permettant ainsi au taux de synthèse du lait d’augmenter. La théorie des récepteurs de prolactine suggère que l’évacuation fréquente du lait au cours des premières semaines augmentera le nombre de sites récepteur, un plus grand nombre de sites récepteurs signifie qu’une plus grande quantité de prolactine peut passer dans les lactocytes, ce qui augmente in fine la capacité à produire du lait maternel.

Les deux facteurs ci-dessus appuient les résultats de la recherche :

  • Seins remplis = Production de lait plus lente
  • Seins vides = Production de lait plus rapide

La recherche indique que la teneur en matières grasses du lait maternel est également déterminée par le « degré de remplissage » du sein (sein vide = lait plus gras), plutôt que par le moment de la journée ou le stade de l’allaitement.

Comment l’approvisionnement en lait varie-t-il au long de la journée ?

Des chercheurs ont observé que le volume de lait est généralement plus élevé le matin (un excellent moment pour tirer son lait si vous avez besoin d’en conserver), et qu’il diminue graduellement au fur et à mesure de la journée. La teneur en matières grasses tend quant à elle à augmenter au fil des heures qui passent.

Capacité de stockage

Voici un autre facteur qui affecte la production de lait et la gestion de l’allaitement maternel. La capacité de stockage est la quantité de lait que le sein peut stocker entre les tétées. Ce facteur peut varier considérablement d’une mère à l’autre et aussi d’un sein à l’autre (pour une même mère). La capacité de stockage n’est pas déterminée par la taille des seins, bien que celle-ci puisse certainement limiter la quantité de lait qui peut être stockée. Une mère ayant une plus grande capacité de stockage du lait maternel peut être capable de tenir plus longtemps entre les tétées sans affecter la production de lait ni la croissance du bébé. Une mère ayant une plus petite capacité de stockage devra allaiter son bébé plus souvent pour satisfaire son appétit et maintenir la production de lait puisque ses seins seront pleins plus rapidement (rappelez-vous, des seins pleins = ralentissement de la production).

Voyez votre capacité de stockage comme une tasse : vous pouvez facilement boire une grande quantité d’eau tout au long de la journée en utilisant n’importe quelle taille de tasse (petite, moyenne ou grande) mais si vous utilisez une tasse plus petite, elle sera remplie plus souvent.

Que nous apprend la recherche sur l’augmentation de la production de lait maternel ?

Le lait est produit en tout temps, et la vitesse de production dépend du degré de remplissage du sein. Le lait s’accumule dans les seins de la mère entre les tétées, ainsi la quantité de lait stockée dans le sein entre les tétées est plus grande si plus de temps s’est écoulé depuis la dernière tétée. Plus il y a de lait dans le sein, plus la production de lait est lente.

Pour accélérer la synthèse du lait et augmenter la production quotidienne, la clé est de retirer plus de lait du sein et ce plus fréquemment, afin que moins de lait s’accumule dans le sein entre les tétées. En pratique, cela signifie qu’une mère qui souhaite augmenter sa lactation doit s’efforcer de maintenir ses seins aussi vides que possible tout au long de la journée.

Pour atteindre cet objectif et augmenter votre production laitière :

  • Vider vos seins plus fréquemment (en allaitant plus souvent et/ou en ajoutant des séances où vous tirez votre lait entre les séances d’allaitement)
  • Vider vos seins autant que possible à chaque séance de tétée ou de « tirage » de lait

Pour mieux vider vos seins :

  • Assurez-vous que le bébé allaite efficacement
  • Utilisez le massage et la compression des seins
  • Offrez les deux côtés à chaque tétée : attendez que le bébé ait fini avec le premier côté avant d’offrir le second
  • Tirez votre lait après l’allaitement si le bébé n’a pas suffisamment vidé les deux seins. Si le bébé vide bien les seins, alors le tirage sera plus efficace entre les séances d’allaitement (toujours dans ce but de maintenir les seins aussi vides que possible)

Avez-vous des problèmes se surproduction ?

Certaines mères peuvent avoir besoin de diminuer l’offre sans diminuer la fréquence globale des soins ou le sevrage du bébé. Une façon d’y parvenir est d’allaiter en bloc : la mère allaite son bébé aussi souvent que d’habitude, mais elle le restreint à un seul sein pendant une période déterminée (souvent de 3 à 4 heures) avant de changer de côté. De cette façon, une plus grande quantité de lait s’accumule dans le sein avant que la mère ne change de côté (ce qui ralentit la production de lait), mais la fréquence d’allaitement du bébé n’est pas altérée pour autant.